Partagez avec vos amis

La crise anglophone prend des proportions inquiétances et alarme la communauté internationale et des orgganismes internationaux de défenses des droits de l’homme.

Des arrestations abusives, des enlèvements, des trafis d’humains, des assassinats, des déplacés… le cocktail est amer à boire. Une triste réalité que Georges Soros, le financier américain déplore dans un tweet posté dans la journée de dimanche 27 avril.

Soupçonné de financer la cause ambazonienne pour destabiliser le Cameroun, il a été accusé d’avoir soutenu un coup d’Etat en Macédoine et des manifestations en Hongrie, d’avoir fabriqué la crise migratoire vers l’Europe.

« Un conflit vicieux au Cameroun a conduit des milliers de personnes à fuir vers le Nigeria, ce qui a peut-être violé le droit international en renvoyant un groupe de demandeurs d’asile et de réfugiés politique, » a-t-il posté sur son compte twitter. Qui est en réalité George Soros?

Qui est George Soros ?

Soros, juif athée, survivant de la Shoah en se cachant en Hongrie, avant de fuir en Angleterre, d’obtenir un diplôme en économie pour rejoindre les Etats Unis.

Soros est un philanthrope. Il finance des centaines de causes, plus ou moins humanistes ce qui ne l’a jamais empêché d’être un acteur financier sans scrupule et de spéculer sur la dette des Etats ou des matières premières. Riche de 25 milliards de dollars, il finance la campagne d’Obama en 2008 et en 2012. Obama… ce prince noir (NDLR). Il a aussi versé quelques milliers de dollars à Michael Moore, l’activiste anti-armes, anti-industries, anti-burger bref, anti-américain.

Anti AIPAC, anti Chrétiens évangélistes, il (Soros) jongle du haut de sa tour avec la vie des gens. Soros aime s’entendre dire qu’Israel et l’AIPAC créent l’antisémitisme tout en finançant la lutte contre « l’islamophobie » (cette idéologie foireuse qui interdit la critique de l’Islam sous peine d’être responsable des violences musulmanes).

Soros a plusieurs résidences : il vit à New York dans un appartement de 16 pièces dans l’Upper East Side et possède deux propriétés aux États-Unis, l’une à Southampton (Long Island) et l’autre à Bedford (Comté de Westchester). Mais pas une en Israel… Venir voir la réalité sur place lui provoquerait peut-être une inflammation de la rétine? Ne jamais minimiser la sensibilité des milliardaires.

Et oui, Soros est un créatif. Il a d’ailleurs mis au point un concept totalement niaiseux : the Open Society. The Open Society, son super joujou, lui permet d’aimer son prochain et de contribuer à l’amour entre les peuples. Une fondation qui tourne avec plusieurs millions de budgets par an. Aidant les pauvres ici ou là, il diffuse surtout une vision totalement irresponsable de la réalité du monde.

Il est accusé d’avoir soutenu un coup d’Etat en Macédoine et des manifestations en Hongrie, quand ce n’est d’avoir fabriqué la crise migratoire vers l’Europe : le financier américain George Soros est devenu le bouc émissaire privilégié d’un nombre croissant de dirigeants aux penchants autoritaires.

Du Kremlin à Skopje, la capitale macédonienne, en passant par les coulisses du pouvoir à Washington, le milliardaire d’origine juive hongroise, âgé de 86 ans, est la cible idéale de nationalistes et souverainistes en tout genre avec ses organisations destinées à promouvoir une « société ouverte ».

Dernier avatar en date : le vote mardi par le Parlement hongrois d’une loi controversée renforçant le contrôle sur les ONG bénéficiant de financements étrangers, qui le vise tout spécifiquement.

« Soros est présenté comme le responsable de tous les bouleversements politiques. Il fait un excellent bouc émissaire pour des régimes de plus en plus autoritaires », relève l’expert allemand Ulf Brunnbauer.

« Il représente le capitalisme » aux yeux de ses détracteurs et est de fait « le parraineur financier de nombreuses organisations », ajoute ce spécialiste de l’Europe de l’Est et du Sud-Est.

Classé 29e fortune mondiale par le magazine Forbes, George Soros agit à travers sa très active fondation OSF (Open society Foundations), créée en 1984 et accusée par ses détracteurs d’ingérence politique via la défense d’une société libérale et multiculturelle.

Source: camerounweb.com

Téléchargez notre application Android
Partagez avec vos amis

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here