Partagez avec vos amis

C’est une note confidentielle intitulée: “ L’insurrection à l’Ambassade du Cameroun en France n’a-t-elle pas été commanditée depuis Yaoundé. voici quelques pistes”. Elle est adressée à l’attention de Paul Biya.

On apprend à cet effet que toute la chaîne diplomatique et sécuritaire de l’Etat du Cameroun était informé d’un probable assaut de la Brigade Anti Sardinard de Paris. Il est écrit: ” Le Ministre des Relations Extérieures du Cameroun, Monsieur Mbella Mbella. Le jeune était en Belgique Mercredi 23, Jeudi 24 et Vendredi 25 Janvier 2019. Le Ministre était informé au même titre que le Ministre d’Etat, Secrétaire Général de la Présidence de la République Ferdinand Ngoh Ngoh et le Directeur des Renseignement Généraux Maxime Eko Eko par courrier du Chargé d’Affaires Antoine Amadou daté du 22 Janvier 2019 sans aucune consistance (Il ne dit pas ce qu’il attend du pays d’accueil). Le Commissaire de Police Divisionnaire Barthelemy Xavier Ongolo en Service au Consulat Général du Cameroun en France et Représentant DGRE, le Commissaire de Police Principal Charles Emati en Service à l’Ambassade du Cameroun en France. Le Colonel Gervais Evegane Foumane qui est Chef de Mission Militaire qui habite à moins de 20 km de la Mission n’a pas trouvé utile de se déplacer ; Le Commandant Issa Beyeme qui lui habite gracieusement dans le bâtiment abritant l’Ambassade n’a pas trouvé utile de sortir s’opposer aux manifestants”.

Il y’a quand même lieu de s’interroger sur le fait que comment tous ces hauts responsables étaient informés 4 jours avant des manifestations et n’ont pris aucune disposition sécuritaire pour protéger l’ambassade. Le personnel diplomatique n’était pas présent et n’a pas dénié alerté les autorités françaises. Plus grave: Pendant plusieurs heures, la police française n’a pas pu avoir accès à l’Ambassade.

La note se poursuit en mettant en lien les réseaux et connexions entre différents responsables. Elle souligne: “ Faut il préciser que la fille du Commandant Issa Beyeme est la Secrétaire du Ministre d’Etat, Secrétaire Général à la Présidence de la République qui lui aussi était informé de la manifestation, a choisit quitter la France Vendredi 25/01/2019 pour Yaoundé et son épouse elle partie en week-end. N’est-il pas un moyen de déplacer le désamour du Ministre d’Etat, Secrétaire Général à la Présidence de la République Ferdinand Ngoh Ngoh face au refus du Ministre, Directeur du Cabinet Civil Samuel Mvondo Ayolo à entrer dans les détournements à ciel ouvert comme vous l’avez constaté avec la C.A.N retirée au Cameroun qui a fait l’objet des explications par Médias interposés entre l’ancien Ministre des Sports et le Ministre, Secrétaire Général à la Présidence de la République”.

Guerre de réseaux à la présidence de la République. Peut-on déjà y conclure. Plus loin on peut lire: “ la 1ère conséquence du mouvement Mbella Mbella. Le jeune qui visait à dégager le personnel utile et nécessaire pour le bon fonctionnement de l’Ambassade du Cameroun en France. Aujourd’hui il n’y y a personne capable de faire un véritable suivi diplomatique dans cette Mission Diplomatique de France”.

Cette note qui illustre le caractère délétère du fonctionnement des institutions s’achève en ces termes: “ Il ne faut pas mêler tous le monde dans votre guerre à la succession du Président de la République car il existe ceux qui veulent seulement servir sans avoir des visées sur la place du Président de la République”.

Lorsqu’à cette note s’ajoute le fait qu’à Douala au cours de manifestations pacifiques autorisées par la loi des forces de sécurité ont délibérément tirées sur des manifestants non armés afin de provoquer la colère de la population qui était pacifique l’on peut en déduire qu’un complot des faucons du régime a bel et bien été orchestré pour arrêter Maurice Kamto et interdire le MRC.

Source: Gaboninitiatives.com

Téléchargez notre application Android
Partagez avec vos amis

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here