Partagez avec vos amis

La stratégie du ministre de la communication du Shadow Cabinet du SDF est simple : une mutualisation des forces de l’opposition aux élections locales pour barrer la route au Rdpc.

Les élections législatives et municipales au Cameroun se tiendront le dimanche 9 février 2020. En prélude à ce grand rendez-vous, les Etats-majors des formations politiques peaufinent leur stratégie. Pour barrer la route au RDPC, parti majoritaire à l’assemblée nationale, une mutualisation des forces de l’opposition serait la bienvenue.

Battre le RDPC

C’est en tout cas ce que propose Jean Robert Wafo, ministre de la communication du Shadow Cabinet du SDF. « Je suis pour la mutualisation des forces de l’opposition aux élections locales pour barrer la route à l’appareil politique du Rdpc. Je l’ai dit publiquement à l’émission Droit de réponse sur Equinoxe tv dimanche dernier ». A écrit l’homme politique sur sa page Facebook. « La fusion-absorption des forces de l’opposition est une absurdité dans le contexte actuel. Il s’agit des élections locales. Chaque circonscription a ses spécificités ». A-t-il ajouté.

Laisser les égos de coté

Jean Robert Wafo souhaite que sa proposition ne souffre d’aucune ambiguïté. Mutualisation, explique-t-il, signifie générosité, esprit d’équipe, vision collective, objectif commun. « Chacun y laisse un peu du sien et tous les orgueils et egos sont mis de côté. Les personnes sages pardonnent. Les personnes intelligentes ignorent et les personnes faibles se vengent ». Affirme le politicien. Avant de poursuivre : « Mutualisation ne veut pas dire fusion-absorption. En politique(…), il ne faut surtout pas se détourner de l’objectif. Tous les hommes politiques de l’opposition doivent se surpasser ».

La majorité obèse du parti au pouvoir

Lors des dernières élections législatives, le RDPC avait remporté 148 des 180 sièges de l’Assemblée nationale. Alors que le Social democratic front (SDF) améliorait son score. Passant de 16 sièges en 2007 à 18 en 2013.

Trois partis faisaient leur entrée à l’Assemblée nationale : l’Union des populations du Cameroun (UPC), avec trois députés, le Mouvement pour la défense de la République (MDR), un député. Enfin, le Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) qui obtenait un siège.

Quelque 5,4 millions d’électeurs avaient pris part à ces élections. Le taux de participation s’élevait à 76,79%, selon les chiffres de la Cour suprême.

SOURCE https://www.camerounweb.com/CameroonHomePage/NewsArchive/Elections-2020-le-plan-secret-du-SDF-contre-le-RDPC-476620

Téléchargez notre application Android
Partagez avec vos amis

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here