Partagez avec vos amis

S’inspirant des fraudes, des actes de corruption et des contestations qui ont émaillé par le passé les primaires au sein du Rassemblement démocratique du peuple camerounais, Paul Biya, le président national de cette formation politique, a tracé de nouvelles voies pour les opérations d’investiture des candidats de son parti aux élections législatives et municipales du 09 février 2020.

« La volonté des instances dirigeantes du parti s’exprime ainsi clairement en direction de tous ceux qui veulent prendre en otage le parti en voulant imposer des primaires liste contre liste avec l’intention de lui faire du chantage afin de contrôler par l’argent et la corruption la désignation des Maires ou l’élection au bureau de l’assemblée… Les potentiels candidats qui redoutaient les « représailles » et les menaces à peine voilées de certains responsables des structures permanentes peuvent avoir l’esprit tranquille maintenant » indique Christophe Mien Zok, Directeur des organes de presse, de l’information et de la propagande du Comité central du RDPC.

Ci-dessous, présentation et décryptage des innovations contenues dans les circulaires du président national du RDPC

Beaucoup d’innovations figurent dans les textes signés du Président national et du Secrétaire Général organisant les investitures en vue du double scrutin du 09 février 2020. Les plus significatives portent incontestablement sur la composition des commissions et les critères de sélection des candidats.

S’il s’était agi d’un conclave pour l’élection du pape, on aurait dit que l’on a enfin aperçu la fumée blanche. Les militants, les sympathisants, les responsables du RDPC et même ses adversaires ainsi que les observateurs de tous bords savent désormais quelles sont les modalités exactes de présélection des candidats du parti au pouvoir pour le double scrutin du 09 février 2020. L’attente et le suspense en valaient la peine au regard de la quantité et de la qualité des textes mais aussi et surtout de leur contenu et des innovations introduites.

Les textes. Dans un souci de clarification et de simplification, le président national a signé deux circulaires au lieu d’une seule. L’une traite spécifiquement des conditions d’investiture des candidats aux élections municipales et l’autre précise les modalités de sélection des militants désireux de se présenter aux élections législatives. Aucune confusion n’est donc possible entre les deux opérations d’autant que les structures et les équipes chargées de conduire les travaux sont également distinctes, sans nul doute dans un souci d’efficacité et de célérité. A chacun son couloir et pas de mélange de genre, si l’on ose écrire. À ces deux principaux textes il convient d’ajouter la note d’application du Secrétaire Général, véritable guide pratique et vade mecum à l’intention de tous les acteurs du processus.

Le contenu. Une meilleure compréhension, condition indispensable de la bonne application des textes énumérés ci-dessus, passe par une lecture globale, attentive et combinée de tous ces documents afin d’éviter toute interprétation erronée et subjective. Les deux circulaires ont beau être complètes, précises et claires, il n’en demeure pas moins que les indications contenues dans la note d’application du Secrétaire Général apportent également des éléments utiles et non négligeables. Il s’agit donc d’un tout, d’un package global d’où se dégage l’objectif majeur recherché par le Parti: constituer des listes collectives fortes à partir de candidatures individuelles solides. Si chaque maillon est fort, toute la chaîne sera forte. Pour les inconditionnels des primaires, elles auront bien lieu en cas de blocage ou d’absence de consensus mais elles se feront candidat contre candidat et non liste contre liste. La candidature individuelle appartient au militant et la liste est l’émanation voire la propriété exclusive du parti. La volonté des instances dirigeantes du parti s’exprime ainsi clairement en direction de tous ceux qui veulent prendre en otage le parti en voulant imposer des primaires liste contre liste avec l’intention de lui faire du chantage afin de contrôler par l’argent et la corruption la désignation des Maires ou l’élection au bureau de l’assemblée. Le point d’équilibre, un savant dosage est ainsi trouvé entre les primaires pures et les investitures strictes.

Les innovations. Beaucoup d’innovations figurent dans les textes signés du Président national et du Secrétaire Général organisant les investitures en vue du double scrutin du 09 février 2020. Les plus significatives portent incontestablement sur la composition des commissions et les critères de sélection des candidats. S’agissant de la composition des commissions on notera la volonté de les élargir en y associant le maximum des ressources et des compétences en commençant par les responsables des organes de base et les membres des structures permanentes aux niveaux régional et départemental. Plus de collégialité pour des responsabilités partagées. Les potentiels candidats qui redoutaient les « représailles » et les menaces à peine voilées de certains responsables des structures permanentes peuvent avoir l’esprit tranquille maintenant. Ces structures reçoivent des « renforts » extérieurs qui devraient garantir plus d’objectivité, de transparence et de rigueur dans la conduite des opérations. Concernant les innovations relatives aux critères de sélection, comment ne pas applaudir des quatre mains les dispositions portant sur le respect de la discipline, le partage, la promotion de nouvelles figures, l’ouverture aux femmes et aux jeunes? La note d’application du Secrétaire Général est sans ambiguïté: « le partage se traduit par la non concentration des postes électifs, des responsabilités administratives au sein d’une même famille, d’un même groupe ethnique, d’un même village, d’un même arrondissement ». Clair et net.

Autre précision qui fera grincer beaucoup de dents: « la promotion des nouvelles figures passe par l’injection du sang neuf dans les listes, chaque fois qu’il est possible, notamment dans les cas mettant en concurrence des camarades bénéficiant de la retraite parlementaire ». On entend d’ici le tonnerre d’applaudissements issus des rangs des jeunes et même des moins jeunes.
Tels sont donc quelques points saillants des textes et des documents mis à la disposition des militants et des responsables par la hiérarchie pour le choix des candidats les mieux à même de porter les couleurs du RDPC aux prochaines élections législatives et municipales. Les directives sont claires, précises, avant-gardistes. Dès lors, le défi de tous et de chacun est de les appliquer avec la plus grande rigueur et dans la stricte objectivité. Chacun devrait y trouver son compte mais au -dessus des ambitions légitimes des candidats il y a l’intérêt suprême du Parti. Et que les meilleurs de nos militants gagnent pour faire triompher le RDPC le 09 février 2020.

Par Christophe Mien Zok,

Directeur des organes de presse, de l’information et de la propagande du Comité central du RDPC.

Source: cameroon-info.net

Téléchargez notre application Android
Partagez avec vos amis

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here