Partagez avec vos amis

Les présidents européens sont-ils complices des dictateurs africains

Messieurs ,
il est effectivement impossible de parler de l’immigration clandestine africaine sans évoquer la situation des jeunes africains qui constitue l’essentiel des migrants.

En d’autres termes, l’essentiel des solutions proposées pour endiguer ce phénomène doit également être orienté vers ces jeunes pour la plupart en manque de repères qui préfèrent choisir l’inconnu du chemin de la méditerranée et du désert saharien pour escompter un paradis Européen incertain.
À ce propos, nous avons voulu vous dire malheureusement Mrs les Présidents, que jusqu’ici,vous n’avez contribué à lutter contre les conséquences de l’immigration et non contre les véritables causes de celle ci.

En tant qu’africains et observateurs avertis de la scène Sociopolitique africaine,nous pouvons affirmer sans risque de nous tromper que les présidents africains sont les principaux artisans de l’immigration clandestine de leurs citoyens vers l’hexagone. Ce constat appelle un ensemble de mesures coercitives qui devraient non seulement partir de la suspension des aides et appuis multiformes aux différents régimes dictatoriaux notamment d’Afrique noire et de l’Afrique centrale en particulier en passant par des rappels à l’ordre jusqu’à la mise en route des interventions militaires pour déloger par contrainte ces régimes humanicides qui refusent le langage de la democratie, du developpement et celui de l’alternance dans leurs differents pays respectifs .

En effet,Mrs les présidents, Au CCT,nous pensons que cette solution sera d’attaquer le mal par la racine,car,l’immigration des jeunes Africains vers l’Europe est principalement liée à la structure de la mal gouvernance de nos États incarnée et amplifiée par les satrapies qui s’y retrouvent à leurs têtes.Leur longévité au pouvoir et surtout leur capitalisation des riches de l’État ne laisse aucun choix à leurs compatriotes qui se retrouvent contraints de s’exiler.

Cet exil est donc d’abord économique et dans une seconde mesure politique avant d’être social.Il faut y remédier dés maintenant.

Columnist: Patrice Nouma

Téléchargez notre application Android
Partagez avec vos amis

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here