Partagez avec vos amis

La Suisse serait devenue le cimetière préféré d’une catégorie bien particulière de Camerounais véreux qui s’y rendent dès qu’ils observent le ralentissement de l’horloge naturel de Dieu le créateur. Et pour ne pas réveiller le fameux mythe du cimetières des éléphants, la Suisse a trouvé une façon particulière de réécrire la légende en dépouillant tout simplement les éléphants de leur défenses d’ivoire avant d’envoyer promener les carcasses inutiles vers les prairies camerounaises dans l’incognito total.

Le mythe du cimetière des éléphants a été véhiculé par les Européens depuis les rapports de l’explorateur David Livingstone qui décrivait les amoncellements des ossements d’éléphants comme une cathédrale d’ivoire. Un mythe qui a toujours fasciné de nombreux chasseurs d’éléphants qui y voyaient la promesse d’une réserve d’ivoires. La légende raconte qu’au moment de rendre leur dernier souffle, les éléphants se retiraient dans un lieu secret pour s’éteindre en paix auprès de leurs ancêtres. Aujourd’hui les scientifiques ont réussi à expliquer partiellement le phénomène de façon rationnelle comme suit : Les dents des vieux éléphants s’usant généralement très rapidement, ils seraient condamnés soit à mourir de faim, soit à devenir fous de douleur. Instinctivement, les animaux vont chercher un remède dans l’environnement qui les entoure, en l’occurrence dans les rares mares boueuses présentes dans la savane. Déjà à l’article de la mort, ils peinent à ressortir de ce marécage, et s’éteignent doucement aux côtés de leurs pairs.

Quand on observe le petit manège qui s’est installé au Cameroun, alors on conclut très rapidement que les prévaricateurs camerounais, qui privent leurs peuples des droits et des soins les plus élémentaires, se retireraient dans un lieu secret appelé la Suisse pour s’éteindre en paix auprès de leurs ancêtres les Romans (nous dit-on). En effet, en ne citant que les derniers sur la liste avec Jean Foumane Akame, Martin Belinga Eboutou, l’adjointe du DG de la CNPS et surtout un dernier qui est entré dans le couloir du marécage, on peut dire qu’ils vont tous mourir en Suisse.

Selon la légende donc, la Suisse est devenue une sorte de cimetière pour les prévaricateurs Camerounais. Et même si on se fiait aux explications rationnelles des scientifiques, alors la Suisse serait une des rares mares boueuses et marécageuses présentes dans la savane où les prévaricateurs Camerounais viennent s’éteindre doucement aux côtés de leurs pairs, n’ayant plus de dents pour broyer les deniers publics.

Eh bien voilà ! La Suisse, soucieuse du danger que représente ce genre de situation, manœuvre pour réécrire la légende. Car considérer la Suisse comme un cimetière de prévaricateurs est en train d’attirer des chasseurs de prévaricateurs de tous les horizons, comme par exemple la BAS, qui sont aussi redoutables que les intrépides chasseurs d’Ivoires. La légende selon les Suisses stipule donc que les défenses des animaux étaient absentes des restes des carcasses et que le cimetière n´était pas le lieu où les animaux étaient morts.
Autrement dit, la Suisse, en miroitant la promesse d´une vie éternelle, prend tout d´abord la peine de dépouiller les prévaricateurs camerounais de leurs comptes en banques sans compter le siphonage de tous leur avoirs, ensuite les aide à rendre l´âme et enfin les expédie dans un cimetière très loin de la Suisse, dans l´anonymat total. Notez que ce n’est pas d’aujourd’hui que l´image de la Suisse est dégradée à cause de son avidité pour l´argent. Chateaubriand disait déjà en déplorant la réputation de la Suisse que: «Neutres dans les grandes révolutions des Etats qui les environnaient, ils s’enrichirent des malheurs d’autrui et fondèrent une banque sur les calamités humaines ».

La seule vérification qu’on a de cette légende Suisse c’est qu’il n’y a pas un cimetière ou on retrouve tous ces prévaricateurs ensemble. Une vraie torture mentale pour ceux qui sont encore vivants. Nous verrons bien si cette nouvelle interprétation de la légende va réussir à éloigner les grands spécialistes de la chasse auxprévaricateurs qui sont en train de se ruer vers la Suisse. En effet, la BAS (Brigade Anti Sardinards) a juré de mettre la main sur un de ces pachydermes avec ou sans les défenses d’ivoires.

Je ne saurais terminer cette relecture de cette légende sans m’excuser auprès de la tribu de « ZOBO » l’éléphant pour le risque de confusion qu’il peut y avoir entre d’une part ces sympathiques colosses d’une intelligence, d’une mémoire et d’une douceur incomparable et d’autre part une bande de crapules sans vergogne qui vont se délester, en Suisse, de la fortune publique juste pour prolonger la vision misérable du firmament de leurs crépuscules.

SOURCE https://www.cameroonweb.com/CameroonHomePage/features/Voici-ce-que-la-Suisse-fait-de-l-argent-des-camerounais-d-c-d-s-dans-le-pays-465648

Téléchargez notre application Android
Partagez avec vos amis

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here