Partagez avec vos amis

Cette pétition a été lancée en même temps qu’à Genève, des centaines de camerounais de la diaspora ont manifesté devant l’hôtel Intercontinental – où est descendu le président Paul Biya- pour le départ du président camerounais du pouvoir.

Le député suisse motive sa pétition en précisant que mercredi dernier, des gardes du corps du président camerounais ont tenté de restreindre les libertés fondamentales et de violer les droits humains, en attaquant des manifestants camerounais à l’hôtel Intercontinental de Genève.

En effet mercredi le 26 juin à Genève, peu après l’arrivée du couple présidentiel à l’hôtel Intercontinental, des manifestants hostiles au régime de Yaoundé avait investi les lieux pour protester contre la présence du chef de l’Etat camerounais.

Cette irruption des manifestants avait occasionné des affrontements entre les membres de la diaspora et la garde rapprochée du président camerounais. Au milieu de ces échauffourées, Adrian Krause, journaliste suisse à la RTS avait été agressé par des éléments de la sécurité présidentielle du président, qui par la suite l’avaient dépossédé de son matériel de travail avant de le lui restituer plusieurs heures après.

Au regard des “exactions commises” récemment par la garde rapprochée de Biya, pour le député suisse, il est question cette fois-ci que le président camerounais soit déclaré « persona non grata » à Genève.

Il y’a quelques mois, Sylvain Thévoz, avait déjà attiré l’attention des autorités genevoises sur le caractère nocif, des séjours onéreux du président camerounais pour l’image de la ville suisse.

Le parlementaire avait argumenté en indiquant qu’il est hors de question que Paul Biya dépense autant d’argent -aux frais du contribuable camerounais- pour de longs séjours privés en terre suisse alors qu’une bonne partie de ses compatriotes croupit dans la misère.

Pour rappel, selon Médiapart, une nuitée de Paul Biya et de son entourage à Genève coûterait environ 40 000 dollars soit un peu près de 22 millions de FCFA.

Dans sa pétition, le parlementaire va plus loin et indique que “la présence régulière de Paul Biya est une gifle aux défenseurs des droits humains, une humiliation pour Genève en plus d’être une source constante de polémiques et de troubles”.

Depuis quelques années déjà, les séjours du président Biya sont perturbés par des manifestants qui n’ont cessé de l’appeler à quitter le pouvoir.

Source: journalducameroun.com

Téléchargez notre application Android
Partagez avec vos amis

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here